FrancoFolies 2017 : 10 moments inoubliables

Les 29es FrancoFolies de Montréal sont terminées. Je redescends sur terre et recharge mes batteries. J’utilise abondamment le terme « marathon de la chanson » durant cette semaine. Et cette année, c’était plus vrai que jamais. 

Plus d’une cinquantaine d’artistes vus sur scène pendant ces onze journées de festivités. Des spectacles entiers, parfois que de courts moments ; question de me déplacer à une autre scène. Des spectacles mémorables, d’autres, un peu moins…

Chose certaine, sortir des Francos, les souliers un peu plus usés, c’est me rendre compte encore une fois de l’importance des arts. Que d’aller à la rencontre d’un univers artistique, c’est voyager. À peu de frais.

MES 10 MOMENTS INOUBLIABLES :

FÉFÉ (lundi 12 juin)

Je connaissais bien Mauve, le dernier album de Féfé, mais sans plus. Oh, puis il y’a bien la pièce Aussi fort (et son incroyable vidéoclip) qui m’avait jeté à terre. Mais voilà que l’artiste français a démontré qu’il savait animer une foule. Il a réussi à faire courir les spectateurs dans un sens comme dans l’autre. Les faire sauter et chanter. La soirée était belle et chaude. Sans doute le meilleur spectacle extérieur que j’ai vu cette année. On m’a raconté que le lendemain, lors de son deuxième concert, c’était tout aussi bon… et fou! 


VINCENT DELERM (mardi 13 juin)

J’ai compris durant ces FrancoFolies que les artistes français sont très inventifs dans leur mise en scène. Delerm, avec son spectacle À présent, offre une solide leçon de présence scénique. Brillant dans les textes et la musique, drôle et pertinent entre les chansons. Une petite leçon de chanson. Vous voulez faire de la scène? Allez voir Delerm en spectacle.


GAB PAQUET (samedi 10 juin)

C’était sur cette scène extérieure, coin Sainte-Catherine et Clark. Les deux pieds dans la gravelle. Je connaissais les musiques de Paquet sur disque, mais je ne l’avais jamais vu sur scène. KABOOM!! Le coup de foudre! Son univers est éclaté, dansant et tout à fait jouissif. J’ai décroisé mes deux bras, et laissé entrer les musiques et les textes de ce personnage tout droit sorti d’une autre dimension. À revoir. Au plus vite.


LES CHANSONNEURS DE LA DESTINATION CHANSON FLEUVE (dimanche 11 juin)

C’est parfois lorsque l’on ne s’attend à rien que l’on fait les plus belles découvertes. C’est souvent le cas sous le chapiteau. Ce regroupement de chansonneurs tous aussi talentueux les uns que les autres a offert un solide spectacle. Une prestation presque sans faille donnée par un groupe d’auteurs et compositeurs en herbe : Rose Bouche, Juste Robert, Lou-Adriane Cassidy, Laura Babin, MCC, Simon Daniel, Étienne Fletcher et Boule. Ils feront la route jusqu’à Petite-Vallée cet été. Ce serait une bonne idée de tenter de les attraper…


MENONCLE JASON (mercredi 14 juin)

La bibitte Menonce Jason, avec son country-rockabilly-Johnny Cash en chiac m’a complètement charmé. En plus d’offrir une superbe performance musicale, le personnage est franchement drôle. Holy jumpin!! (comme y dit…)


ÉMILE BILODEAU (vendredi 16 juin)

Une soirée francofolle dans un Astral en feu. Le verbomoteur Bilodeau qui n’arrive pas à placer un mot tellement la foule a disjoncté. Une des meilleures soirées de chanson depuis très longtemps. Ce garçon n’a pas fini de m’impressionner. Bilodeau est déjà dans la cour des grands.


SARATOGA & Albin de la Simone (jeudi 15 juin)

Difficile d’avoir une soirée plus douce que celle-ci. Les amoureux de Saratoga (Chantal Archambault et Michel-Olivier Gasse), toujours excellents autant dans les mots que dans cette façon de jouer lentement et rapprochés. Ces deux-là savent installer une bulle dans laquelle rien ne peut nous atteindre. C’était parfait pour mettre la table pour Albin. Ce dernier, tout comme Delerm, a offert une petite leçon de mise en scène. Il nous a murmuré de l’amour et de la douceur. Je serais resté là, toute la nuit, à l’écouter et à pleurer en silence.


GALANT TU PERDS TON TEMPS (dimanche 11 juin)

C’est parfois dans la simplicité que l’on réussit les exploits les plus grandioses. Les quatre talentueuses artistes/chanteuses arrivent à créer des miracles musicaux. Quatre voix et des percussions, c’est tout ce qu’il faut pour mettre le feu dans le chapiteau quand on maîtrise son art. Inoubliable.


GUILLAUME ARSENAULT (mercredi 14 juin)

Sa poésie m’avait frappé en février dernier lors d’une soirée OFF Bourse Rideau. Voilà qu’il m’a à nouveau chaviré avec ses textes remplis d’images de la nature et d’amour… Audacieux de commencer le spectacle avec une chanson a cappella sous un chapiteau où l’on aime souvent parler pour ne rien dire plutôt que d’écouter chanter. Défi relevé haut la main par un artiste à découvrir.


FISHBACH (vendredi 16 juin)

Ces 29es Francos sont peut-être celles de l’artiste française Fishbach. Non seulement a-t-elle mis la foule de son spectacle extérieur dans sa poche arrière, mais elle a volé la vedette à Bernhari le lendemain à l’Astral. C’est intelligent, dansant et inventif dans la mise en scène. Il ne serait pas étonnant qu’elle ait son spectacle à elle en salle l’an prochain.


Par François Marchesseault