10 lieux de diffusion incontournables

par François Marchesseault

Durant les cinq saisons de sa diffusion à l’émission Chants Libres à Monique, sur les ondes d’ICI Musique, la chronique Rangée i Siège 2 m’aura fait voir des dizaines et des dizaines de lieux de diffusion. Difficile, même, d’en faire le compte exact. J’aurai toujours voulu mettre de l’avant ces endroits et ses artisans, tout autant que les artistes de notre chanson. Leur importance est capitale, car sans le travail acharné de ces diffuseurs passionnés, où pourrions-nous entendre chanter? 

Je me serai découvert au fil du temps un grand intérêt pour les lieux de diffusion (qu’il faut adopter comme une deuxième demeure) ainsi que pour les villages (les villes) et ses habitants. Le rituel de déambuler dans les rues d’un endroit que je ne connais pas et d’entrer dans les commerces et restaurants avant de me rendre à un spectacle est désormais incontournable. 

Voici dix lieux qui m’ont marqué, charmé, durant les cinq saisons de Rangée i Siège 2 :

Le Beat et Betterave, Frelighsburg

Awwww, le Beat! Un café-spectacle, dans une maison, au cœur du magnifique village de Frelighsburg, dans les Cantons-de-l’Est. J’en entendais parler depuis un moment; je voyais des photos, et puis un soir, je m’y suis rendu, finalement, pour voir et entendre chanter Klô Pelgag. J’aime ces lieux où il y a une telle proximité (presque une intimité) avec les artistes. La scène est petite et se trouve dans ce qui devait être le salon à une autre époque. Impossible ce soir-là pour Pelgag et ses musiciens de revêtir leur habituel costume de scène en forme de pizza: il y a à peine de la place pour bouger! L’endroit était bondé et pour la première fois, j’ai pleuré en entendant la pièce Les Animaux. Ce moment, je ne pourrai jamais l’oublier.

Suggestion : il faut arriver tôt si vous souhaitez être assis au bar qui donne sur la scène. C’est aussi une bonne idée si vous voulez déguster un de leur tout simple, mais délicieux plat, que l’on trouve sur la carte.


La Caravane, North-Hatley

Une autre maison que l’on a transformée en café-spectacle. Ici, il y a même une portion auberge, au deuxième, où l’on trouve quatre chambres. C’est à l’automne, il y bien quatre ans, que j’ai mis les pieds dans ce lieu pour y voir Jérôme Minière accompagné de son complice Denis Ferland. La Caravane est sûrement le lieu de diffusion le plus accueillant et chaleureux que j’ai eu la chance de visiter. Je me souviens que c’était plutôt frais à l’extérieur ce soir-là, et dès que j’y suis entré, ce fut le coup de foudre. La Caravane donne vraiment l’impression d’aller veiller chez la parenté. Les planchers de bois, les tables, les chaises et le café (succulent). En ouvrant la porte, Jérôme était attablé avec son musicien, juste là, à casser la croûte avant son tour de chant… Magique, tout simplement magique.

À noter : après avoir arrêté ses opérations pendant quelque temps, La Caravane reprend ses activités! Allez-y et profitez de l’occasion pour visiter le splendide village de North-Hatley, sans doute l’un des plus beaux au Québec. Il faut marcher sur le bord du Lac Massawippi et admirer le décor tout à fait remarquable!


Le Magasin Général Le Brun, Maskinongé

Quel lieu de diffusion aussi beau qu’atypique. La salle de spectacle se trouve au deuxième étage du fameux magasin général, qu’il faut traverser pour se rendre jusqu’aux escaliers qui nous y mènent. Le propriétaire (Richard Vienneau) nous accueille avec une passion débordante pour ce lieu reconnu comme site historique. Vous venez voir un spectacle, mais souhaitez manger une bouchée au café Chez Eugène? Vous pouvez aller réserver votre place pour le spectacle en enfilant une taie d’oreiller sur le dossier d’une chaise! J’y suis allé pour y voir Émile Bilodeau, il y a au moins trois ans, déjà. L’endroit était bondé. Il y avait autant de gens qui connaissaient déjà Émile, que d’autres qui venaient le découvrir. L’écoute y était exceptionnelle et au bout du spectacle, Émile avait charmé tout le monde, comme il sait chaque fois si bien le faire.

Note numéro un : comme les loges ne se trouvent pas derrière la scène, les musiciens doivent traverser le public en début et en fin de spectacle pour se rendre sur scène. Je vous dis combien j’aimais la proximité avec les artistes?

Note numéro deux : les bonbons aux patates sont d.é.c.a.d.e.n.t.s!


Moulin du Portage, Lotbinière

On va s’le dire tout de suite, les vieux moulins et les vieilles églises font de superbes lieux de diffusion! Le Moulin du Portage est situé sur un site tout à fait enchanteur. Même si le moulin a été ravagé par les flammes en 1988, l’endroit a été si bien restauré que l’histoire est encore imprégnée partout dans les murs, les planchers et même l’odeur, indescriptible, mais tout à fait formidable. La salle de spectacle est vaste. Le parterre est en formule cabaret, alors que l’on a aménagé le balcon comme celui d’un théâtre, en pente, avec des bancs. Je n’y suis allé que pour un spectacle, celui de Sarah Toussaint-Léveillé, en formule duo, mais je n’ai pu m’empêcher d’y repasser, juste pour le plaisir de partager ce secret trop bien gardé avec mon amoureuse. Si vous passez dans le coin, demandez à visiter la salle, même s’il n’y a pas de spectacle à l’horaire. Vous tomberez sous le charme et vous voudrez sans aucun doute y revenir. Florent Vollant y sera, le 24 août. J’dis ça et je ne dis rien.

À apporter : vos bottes de randonnée pour emprunter les différents sentiers de la rivière du Chêne. 

À découvrir : le village de Leclercville qui se trouve au bord du Fleuve Saint-Laurent. Du moulin, vous mettrez à peine 6 minutes, en voiture, pour vous y rendre. Charmant et parfait pour souper, avant votre spectacle.


Vieux Couvent de Saint-Prime

L’une des fois où j’ai fait le plus de route pour aller rejoindre la chanson et rapporter une histoire. Il n’y a que le fou à Brach qui pouvait me faire faire la route qui sépare Saint-Jean-sur-Richelieu et le Saguenay-Lac-Saint-Jean, en deux jours… en plein mois de février! Le voyage en a valu le coup. La salle de spectacle du Vieux Couvent est toute petite. Je me souviens que malgré la saison, il y faisait très chaud! Aventureux, je m’étais faufilé au balcon (qui n’était pas officiellement ouvert le soir du spectacle, il me semble), pour m’accouder à la balustrade. Nous étions presque au-dessus de Philippe Brach et ses musiciens. C’était parfait. Les gens de la place étaient ravis de voir un chroniqueur de Radio-Canada Montréal débarquer dans leur coin de pays. Le chroniqueur était heureux d’aller les visiter. Et ce cher Philou quand il m’a vu dans l’entrée, après le show : « Criss, qu’est-ce tu fais icitte? ». Parfait, juste parfait.

Incontournable : allez manger une fondue à la fromagerie Perron!


L’Ange-Cornu, L’Assomption

L’été, la cour arrière du restaurant L’Ange-Cornu à L’Assomption se transforme en lieu de diffusion à (demi) ciel ouvert (avec la collaboration de l’équipe du Théâtre Hector-Charland). Une grange ouverte sur un côté se trouve tout au fond de la terrasse. Les musiciens se massent sur la petite scène. Quelques spectateurs autour d’eux, sous le toit de la grange, les autres sur la terrasse du restaurant. Sûrement le lieu le plus féerique que j’ai visité. Impossible d’être plus près des artistes qu’ici. Difficile d’assister à des prestations plus intimes. À ma première visite, Daniel Boucher, en solo, avait mis le feu à la place! La seconde fois (j’irais là à tous les ans si je pouvais), Avec Pas d’Casque nous avait bercés, à pleine lenteur, pendant que la grosse pluie frappait le toit de tôle, comme une musique qui accompagnait Stéphane Lafleur et sa bande. On y va et on y retourne, immanquablement. Emilie Clepper y sera le 1er août prochain. Frissons garantis.

Dans l’assiette : tataki de canard, tartare de saumon, pieuvre grillée, les pizzas… vous aurez de la difficulté à choisir, mais tout est bon. Faut juste agrandir la ceinture d’un trou ou deux, sélectionner un plat et … déguster.


Maison de la Culture de Waterloo

La plus belle église transformée en salle de spectacle? Il y en a plusieurs et de magnifiques : La Petite église de Saint-Eustache, L’Anglicane à Lévis, le centre culturel St-John à Bromont, l’église Emmanuel à Cowansville… Mais il y a vraiment une ambiance particulière à Waterloo. Un souci du détail, autant dans l’aménagement des lieux que dans la programmation belle et audacieuse. On entre par le côté. C’est dans le sous-sol que l’on trouve la billetterie, le vestiaire ainsi que la salle Sœur-Louis, un petit cabaret d’une soixantaine de places. Il faut monter à l’étage pour rejoindre la salle principale. La plupart du temps, l’ancien temple religieux est aménagé en formule cabaret. On peut même s’installer dans l’ancien jubé (mon endroit préféré!) pour écouter et regarder encore plus attentivement notre artiste favori. J’y suis allé pour voir Ariane Moffatt. Puis, une autre fois pour un doublé Alexandre Désilets et David Marin. Habiter dans ce coin de pays, c’est clair, j’adopterais ce lieu pour en faire ma deuxième demeure. Amen.

À noter : l’été, les mercredis, la Maison de la Culture offre une programmation gratuite fort intéressante au Parc du Centenaire, qui se trouve juste à côté de l’église. Pierre-Hervé Goulet et David Marin (tiens, tiens) y seront, entre autres.


Le Zaricot, Saint-Hyacinthe

Au Zaricot, le silence est d’or et le bla bla, c’est dehors. Cette phrase se trouve sur une ardoise, accrochée à un mur du mythique Zaricot de Saint-Hyacinthe… et devrait être copiée sur ceux de TOUTES les salles de la province (si vous voulez mon avis). Le Zaricot, c’est LE lieu pour écouter de la chanson d’ici. Comme une boîte à chansons version 21e siècle. La programmation est, chaque année, étincelante et de qualité : entre les artistes émergents et ceux plus connus de la scène rock, folk et hip-hop, tout le monde trouve le spectacle qui lui convient. Je ne sais plus trop combien de fois j’ai mis les pieds dans ce bar-spectacle, mais ce fut chaque fois mémorable. J’ai, entre autres, sué ma vie en bougeant sur les rythmes endiablés de Galaxie. J’ai pleuré avec les amoureux de Saratoga. J’suis tombé à nouveau sous le charme des musiques de Chloé Lacasse. J’ai vu Philémon Cimon, en duo avec Philippe Brault, tout donner, malgré une instinction de voix. Dès que vous passerez par Saint-Hyacinthe, arrêtez prendre un verre au Zaricot, peu importe l’heure. Imprégnez-vous des lieux. Imaginez-le, plein à « rabord » de gens collants de sueur, pendant qu’un Olivier Langevin, en transe, fait danser ses doigts sur les cordes de sa guitare.

Bloody : est-ce qu’il y a encore une carte de Bloody Ceasar? Si c’est le cas, laissez-vous tenter. Vous verrez qu’au Zaricot, ils ont le bloody créatif.


Le Cabaret-Théâtre du Vieux-Saint-Jean, Saint-Jean-sur-Richelieu

J’ai hésité à mettre le Cabaret-Théâtre dans cette liste. Par soucis de transparence, sachez que je suis, depuis quelques années, « conseiller à la programmation » pour la SPEC du Haut-Richelieu, le diffuseur qui gère ce lieu ainsi que le Théâtre des Deux-Rives. Conflit d’intérêts? Chauvinisme? Probablement les deux et je m’en fous pas mal. Le Cabaret-Théâtre est à mon avis l’une des plus belles salles de spectacle dans la région de Montréal… ce qui inclut l’île également. Si vous vivez dans la grande ville et que vous parvenez un jour à vous extirper de son labyrinthe de cônes, allez à Saint-Jean-sur-Richelieu. Cette salle est confortable. Le personnel est accueillant. La sono est formidable (surtout quand elle est faite par Serge Langlois, le directeur technique de la place). J’ai vécu près de 15 ans à proximité de cette salle. C’est là que j’ai découvert qu’une salle de spectacle pouvait devenir une deuxième demeure. Ce l’est encore, même si j’ai quitté Saint-Jean. Puis, il y a les Jeudis Shows. L’une des séries de spectacles les plus importantes au Québec. Depuis 22 ans, le cinq à sept du jeudi, à Saint-Jean, se passe sous le signe de la découverte musicale. Tout genre confondu. Allez-y… ça vous fera oublier les inconfortables et désagréables Club Soda et Métropolis (dont je tairai le nouveau nom).

Le secret : la meilleure place au Cabaret-Théâtre? Première rangée, au balcon, en plein milieu! Voilà, c’est dit.

Le secret d’une soirée parfaite : si vous cherchez un resto à Saint-Jean, allez faire un tour au restaurant le Comptoir qui se trouve à une dizaine de minutes de marche du Cabaret. Le meilleur en ville. Voilà, c’est dit aussi.


Moulin Michel de Gentilly, Bécancour

Vivre un aussi grand coup de cœur pour un lieu de diffusion, c’est rare, mais emballant! Je me souviens combien j’ai été charmé par les lieux, la première fois que j’ai descendu l’allée de gravier qui mène au Moulin Michel. L’extérieur est champêtre et rien n’est laissé au hasard. Le terrain, juste derrière le moulin, offre un amphithéâtre naturel où l’on trouve L’Agora des Générations, qui a été construite lors du passage du comédien Bernard Fortin à l’émission La Petite Séduction. À l’intérieur du moulin, au rez-de-chaussée, il y a un petit coin bar où l’on sert boissons alcoolisées (ou non), café etc. Quelques tables de bois, une chaise berçante et un foyer. Les murs de pierres et les boiseries nous chuchotent déjà l’histoire de ce bâtiment construit en 1783, mais on peut lire son historique et regarder des photos d’archives accrochées ici et là. Il faut monter à l’étage pour découvrir la salle de spectacle. On a l’impression de se trouver dans le grenier. L’endroit est tout de même assez vaste et peut accueillir une centaine de personnes assises. À ma première visite, c’est Yann Perreau qui était à l’affiche pour sa tournée du Fantastique des astres. Il fallait y être, pour le voir s’accrocher aux grosses poutres qui traversent le plafond du moulin pendant qu’il chantait et dansait. Les fantômes de la place m’ont peut-être lancé un sort, ou j’sais pas trop, mais j’ai maintenant besoin de ma dose quasi-annuelle du Moulin Michel : que ce soit pour un spectacle ,ou l’été, déguster leurs succulentes crêpes au sarrasin sur la terrasse extérieure. C’est devenu un lieu important pour mon amoureuse et moi. Tellement, que l’on s’y marie, dans deux jours…

Souvenirs : passez par la boutique des Étrennes pour rapporter un souvenir : pantoufles tricotées par une voisine du moulin ou des produits du sarrasin. Pour ma part, je craque pour les petits sablés au sarrasin. 

Romantisme : allez faire un tour dans la pinède qui se trouve de l’autre côté de la rivière. Calme et splendeurs de la forêt, l’endroit est parfait pour une photo de couple!

Vous voulez me partager votre histoire d’amour pour un lieu de diffusion? Faites-le via la page Facebook de Rangée i Siège 2.